Non-lieu requis dans l’enquête sur le chlordécone aux Antilles

The content originally appeared on: News Americas Now

Black Immigrant Daily News

The content originally appeared on: Martinique FranceAntilles

Dossier réalisé par Jean-Michel Hauteville (avec AFP)

Action contre le non-lieu dans le dossier du chlordécone. • JULIEN PHILIPAKIS

Le parquet de Paris a demandé sans surprise un non-lieu dans l’enquête sur l’empoisonnement des Antilles au chlordécone, pesticide autorisé dans les bananeraies jusqu’en 1993, estimant notamment que les faits dénoncés en 2006 par des associations martiniquaises et guadeloupéennes étaient prescrits.

Huit mois après l’annonce par les juges
d’instruction parisiens du pôle de santé publique de la fin des
investigations dans cette affaire, le ministère public a estimé
vendredi qu’il n’y avait lieu de poursuivre quiconque dans cette
affaire.

Il appartient désormais aux juges d’instruction de
rendre leur décision finale dans ce dossier très sensible en
Guadeloupe et en Martinique, où plus de 90% de la population adulte
est contaminée par le chlordécone, selon Santé publique France.

« Nous avons déjà affûté nos armes »,
prévient Harry Durimel, avocat, rédacteur de la plainte initiale
contre l’empoisonnement au chlordécone et maire écologiste de
Pointe-à-Pitre, dans l’attente de l’ordonnance des juges
d’instruction.

« La population doit savoir que dans ce
combat, pour lequel nou

NewsAmericasNow.com